Interview de Richard Taylor

par Frderic Mathieu.

A en juger par son titre au gnrique de la trilogie Le Seigneur des Anneaux, Richard Taylor est un touche--tout peu commun. Il est en effet crdit comme "designer et superviseur des maquillages spciaux, cratures, miniatures, armures et armes"...Une belle conscration pour ce No-Zlandais qui a supervis les effets cratures de tous les films de Peter Jackson, mais aussi ceux des sries Hercule et Xna.

O en tes-vous de la production des effets de la trilogie ?

Au niveau des dpartements que je supervise, c'est pratiquement termin. Pour les armures, maquillages et armement, c'est dj fini depuis longtemps. Ce travail avait t ralis en amont et pendant les prises de vue. Depuis la fin du tournage, en dcembre 2000, nous avons essentiellement travaill sur les miniatures, mais aujourd'hui, ce dpartement a quasiment achev sa mission, lui aussi. Il reste encore une bonne partie des maquettes du troisime volet filmer, mais la plupart des plans effets spciaux sont dsormais en bote. Il s'agit prsent d'y ajouter les trucages numriques, d'incruster les figurants virtuels sur les miniatures, de travailler sur les animations de personnages 3D, etc. C'est la mission de notre socit sur, Weta Digital (NDLR - proprit de Peter Jackson). Au niveau de Weta Workshop, la socit que je dirige, nous commenons dj travailler sur d'autres projets.

Je ne comprends pas bien. On sait qu'il y a eu un tournage simultan pour les trois films, puis chacun des volets bnficie d'un an de postproduction pour les effets visuels te le montage, la musique et le mixage. Donc, officiellement vous devriez peine commencer a travailler sur les effets du troisime film...

C'est vrai en ce qui concerne les trucages numriques. Tout ce qui est images de synthse et animation 3D est effectivement ajout dans chaque film pendant l'anne de postproduction que vous mentionnez. Mais pour ce qui est de la cration des miniatures, ce travail tait dj en grande partie termin avant mme que les films aient t tournes. C'est vrai que d'ordinaire, les effets visuels et les maquettes sont du domaine de la postproduction: ils sont traditionnellement raliss aprs le tournage avec les acteurs. Nous avons donc travaill l'envers ...(Rires) Je m'explique: Peter Jackson voulait prvisualiser la trilogie toute entire avant d'entamer les prises de vue. Certains plans ont t prvisualiss en image de synths l'aide d'animations 3D sommaires, mais un grand nombre d'entre eux ont t prpars avec des miniatures. Plutt que de perdre du temps fabriquer dans cette perspective des maquettes provisoires pour ensuite construire les " vrais " modles rduits du film, nous avons dcid de commencer directement par les versions dfinitives. Ainsi, le travail de conception des miniatures des trois films a dbut en octobre 1997, soit deux ans avant le tournage. Bien sr, les maquettes filmes en vido pour la prvisualisation n'avaient pas encore le degr de finition que ce que vous pouvez en voir dans les films, mais la base tait l. Au final, la conception, la fabrication et le tournage des miniatures pour la trilogie auront demand quatre ans et demi de travail ininterrompu !

Il semble que la trilogie du Seigneur des Anneaux reprsente le plus gros travail d'effets miniatures de toute l'histoire du cinma.Des films comme les deux derniers Star Wars ou Independcnce Day comportent en ralit beaucoup plis de miniatures, mais la plupart d'entre elles n'taient que de " petits " modles de vaisseau spatial ou autre...

Effectivement. Pour la trilogie, Weta Workshop a construit 68 miniatures et presque toutes taient normes. C'tait de vritables dcors et non pas des lments destins tre incrusts dans les plans comme par exemple, vous l'avez dit, un engin spatial. Songez que certaines miniatures dpassaient en dimension les dcors construits pour les acteurs ! L'escalier de Khazad-Dum mesurait ainsi 18 mtres de large, Isengard tait grand comme deux terrains de football. Quant Lothlorien, la cit des elfes dans les arbres, le dcor mesurait 24 mtres de large sur 18 mtres de profondeur et 11 mtres de haut... Il occupait un plateau de tournage entier, du sol au plafond ! Difficile d'appeler a des miniatures...

Pourquoi avoir choisi de travailler avec une chelle aussi massive ?

Parce que Peter Jackson souhaitait respecter l'chelle des sites que dcrivait Tolkien. Dans les livres, ces endroits sont pr- sents comme titanesques, crasant les personnages par leur immensit. De mme, dans les dessins d'Alan Lee et de John Howe, les deux artistes conceptuels du film, les hros sont systmatiquement minuscules par rapport leur environne- ment. Si nous voulions traduire ce gigantisme l'cran, il nous fallait intgrer dans les miniatures un niveau de dtail peu commun. La seule solution, c'tait de construire des maquettes de trs grande dimension afin de pouvoir les dcorer de dtails minuscules qui renforceraient leur chelle. Plus votre maquette est grande, plus vous pouvez y ajouter de dtails et plus le rsultat aura l'air massif.

Comment avez-vous dtermin la taille que devait faire chaque maquette ?

'est simple, mais vous allez rire : notre critre tait la porte de l'atelier... Les miniatures devaient tre les plus grandes possibles, mais il fallait pouvoir les faire passer par la porte afin de les amener au studio de prises de vue. Il y avait donc d'un ct un aspect artistique et cratif, et de l'autre, un ct purement pratique : passer la porte... (Rires) II fallait aussi qu'elles puissent tenir dans le studio dont la hauteur sous plafond dictait la taille maximum atteindre.

En tout cas, il faut reconnaitre qu'il est trs difficile de reprer les miniatures de l'image...

Merci. C'est d un norme travail de vieillissement et de patine des surfaces, mais aussi et surtout la faon unique dont Peter les a filmes. Avec des miniatures de taille normale, la camra est limite dans ses dplacements et le spectateur ressent parfois cette contrainte, ce qui tend trahir l'effet. Or, Peter voulait absolument filmer les maquettes comme des dcors rels. Il me disait : "Si j'avais rellement eu l'escalier de Khazad-Dum en face de moi, je l'aurais film de telle faon et c'est exactement ce que je veux faire avec la maquette." En construisant des miniatures de trs grande taille, nous avons offert Peter une libert totale pour ses prises de vue et il s'est rgal balayer ces dcors avec de grands mouvements de camra. C'tait beaucoup plus difficile faire, mais l'arrive, ces plans n'ont pas l'air d'tre des effets miniatures car la camra bouge tellement que le spectateur ne songe pas spontanment un trucage.

Il est tout de mme surprenant que la trilogie comporte un aussi grand nombre de miniatures. Beaucoup de ces dcors auraient pu tre crs en image de synthse...

Peter croit fermement l'intret des miniatures par rapport l'infographie pour tout ce qui est architectural. Autant il estime qu'un paysage peut trs bien tre cr par ordinateur, autant il pense que rien ne peut remplacer la texture d'un mur miniature, le reflet de la lumire sur les tuiles,etc. On passe peut-tre des mois construire ces dcors, mais une fois qu'ils sont prts. Peter peut placer sa camra o il veut, la bouger comme il l'entend, et mme s'approcher jusqu' cinq centimtres s'il le souhaite. Le ralisme est l, le rsultat est visible instantanment. Dans le premier film, la ville abandonne des Nains est le seul dcor important qui ait t cr en images de synthse. La rptition l'infini des colonnes immenses, ainsi que l'obscurit du lieu, se prtaient idalement l'infographie. Pour le reste, Peter a tout mis sur les dcors miniatures. Ce sont littrale- ment des centaines de plans qui ont t raliss avec cette technique pour la trilogie...

En ce qui concerne les maquillages, vous semblez avoir battu tous les records du genre...

C'est fort possible. Dans Les deux Tours, il ya une bataille gigantesque qui oppose l'arme des humains et des elfes celles des uruks-has de Saroumane. Ces derniers taient interprts par des acteurs qui portaient un maquillage facial et un costume en mousse de latex qui leur recouvrait la majeure partie du corps. Or,les prothses faciales devaient tre renouveles tous les jours, tandis que les faux corps tenaient une semaine. Comme le tournage a dur plusieurs mois, il nous a fallu fabriquer pas moins de mille costumes ! A cela sont venues s'ajouter des milliers et des milliers de prothses faciales. Et a, pour une seule squence d'un seul des trois films. Pour vous donner une ide de l'ampleur du travail accompli sur la trilogie en terme de maquillages spciaux, sachez que nous avons trois fours gants, aussi grands qu'une chambre d'enfant, pour faire cuire les prothses en mousse de latex. Ils ont tourn sans arrt, 24 heures sur 24, pendant trois ans et demi...

D'une manire gnrale, comment avez-vous pu cumuler autant de fonctions sur un projet aussi exigeanten termes d'effets spciaux? Vous ne dormiez jamais?

(Rires) Si, si, bien sr que je dormais, mais j'ai eu la chance que Tanya Rodger, ma partenaire au sein de la socit Weta Work- shop, soit aussi mon pouse. Si je devais rester l'atelier tard le soir, je n'avais pas besoin de me justifier. Elle savait pourquoi. a vitait les scnes de mnage ! Plus srieusement, mon quotidien se rsumait le plus souvent parcourir les ateliers, passant d'un poste l'autre, rpondant dix mille questions, approuvant ou refusant tel ou tel design, demandant des modifications sur tel lment, etc. Toute la journe, je portais sur la tte un tlphone mains libres qui me permettait de prendre des appels sans avoir tenir un combin. J'avais un assistant charg spcialement de filtrer mes appels. Il centralisait tous les coups de fil et dcidait chaque fois s'il fallait une rponse personnelle de ma part ou s'il pouvait transfrer l'appel vers tel ou tel chef de dpartement. Le but tait, bien entendu, que j'ai le moins d'appels possibles afin que je puisse me concentrer sur le travail de l'atelier. Lorsque je devais me rendre sur le tournage, c'tait les chefs de dpartement qui supervisaient le travail.

Mais comment pouviez-vous garder un oeil sur toutes les activits que vous deviez superviser?

Ma grande chance, c'tait que les dpartements taient tous runis sous un mme toit: la fabrique de costumes spciaux, l'atelier maquettes, les maquillages... Nous avions mme une forge pour fabriquer les lames d'pe l'ancienne, en vritable acier. Toute la journe, je passais donc d'un dpartement l'autre sans jamais m'loigner de mes collaborateurs. Sans cela je n'aurais jamais pu superviser autant de domaines diffrents. Vous savez, mon but n'tait pas d'tablir un record en cumulant un maximum de fonctions possibles sur un mme film! (Rires) Avec Peter Jackson, nous voulions simplement que l'aspect visuel de la trilogie soit aussi homogne que possible.La Terre du Milieu tait un monde qu'il fallait crer de toutes pices. Il y avait donc un norme travail de conception visuelle raliser. Le moindre dtail de chaque plan devait tre imagin et visualis. En concentrant cette responsabilit dans les mains d'un tout petit nombre de personnes. Peter mettait toutes les chances de son ct pour que le rsultat soit harmonieux. C'est pour a que j'ai choisi de superviser autant de dpartements. C'tait la garantie que tout ce qui sortirait de mes ateliers correspondrait la vision d'une seule personne, c'est--dire moi.

Votre vision tait aussi celle des designers du film, Alan Lee et John Howe

Oui, mais cela ne posait aucun problme puisqu'ils taient eux aussi installs dans nos locaux. Si nous avions le fi moindre doute sur tel ou tel dtail, il suffisait de monter les voir pour leur demander leur avis. C'tait un atout formidable. II n'y avait pas ce dlai habituel toute production dans lequel on attend des heures, voire des jours avant de pouvoir attraper le ralisateur ou le chef dcorateur pour avoir des rponses nos questions. Chaque objet fabriqu par Weta Workshop portait donc la patte artistique s d'Alan et de John, ainsi que ma patte technique. Nous n'avons jamais eu subir le cheminement habituel des concepts visuels sur une production traditionnelle : l'illustrateur fournit un concept qui est approuv par le ralisateur, puis interprt par le chef dcorateur, puis nouveau interprt par, admettons, l'quipe de fabrication des maquettes... l'arrive, le rsultat est souvent assez diffrent du concept initial et la multiplication de ces interventions se traduit par un manque de cohrence visuelle. Avec la trilogie, Alan et John ont pu suivre leurs concepts depuis la remise du dessin jus- qu'au produit fini. Ils ont mme assur personnellement les retouches peinture lorsque le rsultat ne leur convenait pas. Il en a rsult un look trs naturel et crdible, malgr sa richesse extraordinaire. Personne ne pourra nier que l'univers dpeint dans le film a l'air authentique. C'est le fruit de cette cohrence visuelle et aussi le rsultat du travail acharn de centaines de techniciens et artistes. Tous ceux qui ont travaill sur la trilogie savaient que ce projet resterait unique dans leur carrire. Il en est donc rsult un engagement personnel comme jamais je n'en avais vu. Et je crois que a se voit l'cran.


Trucages de mise en scnes

Il est dit que pour que les acteurs puissent poser leur regard face une creature qui n'existe pas : exemple le Balrog : et bien un technicien agit devant eux une balle de golf qui devait reprsente la tte du monstre. Beaucoup d'images en numriques our le arrires plans.
"Vous rvez d'adhrence et de confort ? de surfer sur les boucliers comme d'atteindre d'un coup de hanche le haut d'un oliphant? de tenir 90 sans les mains? les semelles Legolas feront votre bonheur!!! Avec les semelles legolas votre dexterit prend 20 points sans effort. Essayez les : vous ne verrez plus la vie du mme ct!!" (forcement vous etes minimum 90) Tout cela pour dire que quelques fois le numrique se fait un peu surraliste.



Parodies sympathiques

Une petite parodie trs bien faite :